31/07/2014

- 0 - l'UTL de Morlaix - présentation - Conseil d'Administration

 

Vous disposez de temps libre,
Vous souhaitez en profiter pour enrichir ou rafraîchir vos connaissances,

Rejoignez notre UTL ........

 

  • le 18 septembre  de 09h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h00  :                                                      2nde  journée d'inscriptions pour l'année 2014-2015 ,                                                                  rue Gal Le Flo - Morlaix.

 

logo jlb.JPGL’Université du Temps Libre du Pays de Morlaix

est une association régie par la loi du 1 juillet 1901.

Les conférences ont lieu le jeudi après-midi , trois fois par mois à 13 h 40  dans un amphithéâtre indiqué au  programme trimestriel. (St Augustin ou Langolvas), et ce  d'octobre à juin.

Contact mail (courriel) : utlpaysdemorlaix@laposte.net
(TOUTES les inscriptions ( adhésion, sorties, ,...) sont prises uniquement au local, sis rue Gal Le Flô)

Lire la suite

- 1 - A LA RECHERCHE DE L'AUTEUR - jeu de l'été

 fragment 73

Le candidat était terrorisé..
Il portait une armure Gunnar Oye : un costume gris Ermenegildo Zegna, une chemise sur mesure de chez Borelli et une cavate bordeaux ornée de petits motifs semblables à des virgules ; Cerruti 1881, je parie. Mais sur les chaussures je n'avais aucun doute : des Ferragamo cousues main. J'en avais une paire.
Les papiers devant moi m'apprirent que le candidat était armé d'un diplôme de l'Ecole de commerce norvégienne de Bergen avec une moyenne de presque vingt sur vingt, d'une période au Parlement pour la droite et de quatre années fastes à la tête d'une entreprise industrielle norvégienne d'assez gros calibre.
Et pourtant Jeremias Lander était terrorisé. Sa lèvre supérieure était trempée de sueur....

« Peter Paul Rubens »

Pendant un instant, ce fut comme si tout mouvement, tous les sons étaient figés dans la pièce. La Chasse au sanglier de Calydon de Peter Paul Rubens . Le bon sens aurait voulu que je pressente une reproduction, un faux fantastiquement bon et réputé qui pouvait valoir un million ou deux. Mais quelque chose dans la voix , dans la diction , la personne de Clas Greve m'empêchait de douter. C'était l'original.....

Je sortis et ouvrit le hayon. Ove n'avait pas bougé, le visage vers le sol, les bras le long du corps et les hanches cambrées de sorte que son derrière pointait vers le haut. Je lançais un dernier coup d'oeil alentour pour m'assurer que j'étais seul. Avant d'agir. Vite et efficacement.
Le bruit du cadavre crevant la surface fut étonnamment discret, presque un clapotis, comme si le lac avait choisi d'être mon conjuré pour cet acte obscur.....

Une collision entre deux véhicules, c'est de la physique simple. Les hasards régissent l'ensemble, mais on peut les expliquer en disant que l'équation force x temps revient à multiplier de la masse par une variation de vitesse. Introduisez les hasards de chiffres pour les variables, et vous obtenez un récit simple , vrai et impitoyable. Il raconte par exemple ce qui se passe quand un camion ed vingt-cinq tonnes plein à craquer lancé à une vitesse de quatre-vingt kilomètres à l'heure heurte une voiture de tourisme d'une tonne huit ( jumeaux Monsen compris) roulant à la même vitesse. En se fondant sur les hasards en matière de point d'impact, de qualité des carrosseries et d'angle des corps entre eux, on obtient une infinités de variantes à ce récit, mais elle ont deux points communs. Ce sont des tragédies, et c'est la voiture de tourisme qui est en position délicate.
A dix heures treize, quand le camion conduit par Clas Greve heurta la voiture zéro un, une Volvo 740 modèle 1989, un peu en avant du siège conducteur, le bloc-moteur, les deux roues avant et les jambes du boutonneux furent repoussés sur le côté et passèrent à travers la carrosserie en même temps que la voiture était projetée dans les airs. Aucun airbag ne se déplia puisqu'ils ne furent pas installés dans les Volvo avant 1990.

La voiture de police – déjà réduite à l'état d'épave – vola au-dessus de la route, passa la glissière de sécurité et tomba sur les denses massifs de sapins le long de la rivière au fond du ravin......

fragment 72

La première fois que je suis allé à une course de taureaux, je m'attendais à être horrifié et peut-être à me trouver mal, à cause de ce qu'on m'avait raconté sur le sort des chevaux. Dans tout ce que j'avais lu sur les combats de l'arène, on insistait sur ce point. La plupart des gens qui en ont écrit ont condamné tout net les courses de taureaux comme une chose stupide et brutale ; …..

la course de taureaux n'est pas un sport au sens anglo-saxon du mot, c'est-à-dire un combat égal ou un essai de combat égal entre un taureau et un homme. C'est plutôt une tragédie ; la tragédie de la mort d'un taureau, qui est jouée, plus ou moins bien, par le taureau et l'homme qui y participent, et où il y a danger pour l'homme mais mort certaine pour l'animal. Le danger couru par l'homme peut être accru à volonté par le torero dans la mesure où il travaille près des cornes du taureau. Les règles de la course de taureaux à pied dans une enceinte fermée, formulées par des années d'expérience, permettent à l'homme qui les connaît et qui les suit d'accomplir avec un taureau certaines actions sans être atteint par ses cornes ; en se tenant à ces règles, le torero peut diminuer à sa guise sa distance des cornes ; et , ce faisant, il doit compter de plus en plus sur ses réflexes et son appréciation de la distance pour esquiver les pointes aigües...

Nul ne peut dire , en voyant un taureau de combat dans les corrales, si ce taureau sera brave dans l'arène, bien que , en général, plus le taureau est tranquille, moins il semble nerveux, plus il est calme, et plus il y a des chances qu'il se révèle brave. La raison en est que plus il est brave, généralement, plus il a confiance en soi, et moins il cherche à en imposer. Tous les prétendus signes de danger que donne un taureau, comme de piétiner le sol, de menacer de ses cornes ou de mugir sont des formes de bluff....

L'homme qui tue recibiendo se tient immobile, les pieds juste un peu écartés après avoir provoqué la charge, en pliant une jambe en avant et en agitant la muleta vers le taureau ; il laisse le taureau venir jusqu'à ce que l'homme et le taureau ne forment qu'une figure, en même temps que l'épée s'avance au-devant de lui ; puis la figure est brisée par le choc de la rencontre, et pendant un moment ils sont unis par l'épée qui semble s'enfoncer pouce par pouce. C'est la manière la plus arrogante de donner la mort, et c'est l'une des plus belles choses que vous puissiez voir dans la course de taureaux......

J'ai vu des toreros la poitrine transpercée, j'ai entendu les côtes craquer, littéralement sous le choc ; j'ai vu un homme tourner sur la corne qui disparaissait dans son corps, muleta et épée volant en l'air, puis retomber à terre , le taureau frapper de nouveau et lancer en l'air sa tête avec l'homme, qui ne quittait pas la corne, puis au coup suivant il s'en dégageait pour être repris par l'autre corne ;....

D'après l'observation , je pourrais dire qu'on peut diviser les gens en deux grands groupes ; ceux qui s'identifient avec les animaux, c'est-à-dire se mettant à leur place ; et ceux qui s'identifient avec des êtres humains. Je crois, d'après l'expérience et l'observation, que ceux qui s'identifient avec les animaux, c'est-à-dire les amis presque professionnels des chiens et autres bêtes, sont capables de plus grande cruauté envers des êtres humains que ceux qui ne s'identifient pas volontiers avec les animaux. Il semble qu'il y ait comme une scission fondamentale entre les gens sur cette base. Mais ceux qui ne s'identifient pas avec les animaux peuvent, sans aimer les animaux en général, être capables de grande affection pour un animal individuel, un chien, un chat ou un cheval par exemple.

fragment 71

morlaixLes dés roulèrent sur le drap vert du plateau, atteignirent ensemble le rebord et rebondirent. L'un s 'immobilisa aussitôt, montrant six points blancs en deux rangées parallèles de trois. L'autre trébucha jusqu'au centre avant de s'arrêter à son tour. Sa face supérieure ne portait qu'un seul point blanc.
Ned Beaumont poussa un grognement et les gagnants raflèrent les enjeux...............

Le cadavre de Taylor Henry, fils du sénateur Ralph Bancroft Henry, a été découvert cette nuit, quelques minutes après dix heures au coin de Pamela Avenue et China Street. On croit qu'il a été victime d'une agression. Il était âgé de vingt-six ans......

-Je veux que vous alliez à l'Observer et que vous leur racontiez tout ce que vous savez de ses combines, les contrats de voirie, les tenants et aboutissants du meurtre de Taylor Henry. Cette salade de l'année dernière, je veux dire l'affaire Shoemaker et toutes les saletés qu'il trafique avec la municipalité.

-Les contrats de voirie ne peuvent plus vous servir à rien, maintenant, dit Ned Beaumont distraitement et comme s'il pensait à autre chose. Il a renoncé à ses bénéfices pour éviter des histoires.

-Très bien, concéda O'Rory sans se démonter, mais il y a toujours l'assassinat de Taylor Henry ?

-Oui, là on le tient, répondit Ned Beaumont en fronçant les sourcils ; mais je ne sais pas si nous pourrions utiliser l'affaire Shoemaker...

Il hésita.

-... sans me mettre dans le bain

-Ah!Diable ! Nous ne voulons pas de ça ! s'exclama O'Rory. Bon, nous n'en parlons plus. Qu'est-ce qu'il nous reste encore ?

-Peut-être que nous pourrions nous servir de l'affaire du prolongement des lignes de tramway et des combines avec les municipalités de banlieue, l'année dernière. Mais il faudra faire quelques recherches d'abord......

./././././././././././././././././././.

morlaixEn théorie, un détective qui surveille des cadeaux de mariage est censé s'arranger pour ne pas se distinguer des autres invités. En pratique, ça ne marche jamais de cette façon-là. Obligé de passer la plupart de son temps à proximité du butin, il est donc facilement repéré. En outre, huit ou dix personnes que je reconnus parmi les invités étaient des clients de l'Agence et, par conséquent savaient qui j'étais. Etre connu,cependant, n'est pas aussi important qu'on pourrait le croire, et tout s'était déroulé sans heurt.
Deux amis du marié , échauffés par le vin et la nécessité de soutenir leur réputation, avaient essayé de sortir certains des cadeaux de la pièce où ils étaient exposés pour les cacher dans le piano ; mais je m'étais attendu à cette plaisanterie classique et y avis mis le holà avant qu'elle ne fût allée assez loin pour devenir embarrassante.
Peu après la tombée de la nuit, un vent qui sentait la pluie commença à s'amasser au-dessus de la baie des nuées d'orage. Les invités qui habitaient loin, et en particulier ceux qui devaient regagner le continent, s'empressèrent de partir. Les résidents de l'île s'attardèrent jusqu'au premières gouttes de pluie. Ils prirent alors congé.
Le calme retomba dans la maison Hendrixson. Les musiciens et les extras s'en allèrent. Les domestiques de la maison, fatigués, disparurent l'un après l'autre en direction de leurs chambres. Je dénichai quelques sandwichs, un ou deux livres et un fauteuil confortable, et emmenai le tout dans la pièce où les cadeaux étaient maintenant dissimulés sous une sorte de drap gris-blanc....

Je m'interrompis. Trois détonations, très rapprochées, avaient retenti. Des coups de fusil, mais du genre que ne peuvent tirer que des armes de gros calibre. Puis, sec et assourdi par la tempête, un coup de pistolet résonna au loin.
-Qu'est-ce que c'est ? Demanda Hendrixson

-une fusillade.
D'autres pieds couraient le long du couloir, certains nus, d'autres chaussés. Des voix excitées chuchotaient des questions et des exclamations. Le maître d'hôtel, un homme solennel et massif, à demi vêtu et portant un candélabre à cinq branches allumé, entra à son tour....

notre premier pas en avant nous trahit. L'homme à bord du bateau émit un grognement. Le jeune gars à mon coté bondit en avant. Je reconnus l'objet placé à l'arrière du bateau juste à temps pour détendre la jambe en avant et décocher un croche-pied au jeune Russe. Il bascula et s'affala de tout son long sur les galets. Je me laissai tomber derrière lui.
La mitrailleuse du bateau crachait du métal par-dessus nos têtes...

fragment 70

morlaixL'éclipse de Soleil de 1919

Au XVIIe siècle, pour expliquer le mouvement des planètes autour du Soleil, Newton a introduit la notion d'une « force à distance ». Le Soleil attire la terre située à cent cinquante millions de kilomètres de lui. Cette notion avait été assez mal reçue par les scientifiques de l'époque qui lui préféraient la notion de « force de contact », chère à Descartes. Avec Einstein, la notion même de force disparaît. C'est celle de la déformation de la géométrie de l'espace par la présence de corps massifs qui la remplace. La courbure de l'espace autour du Soleil suffit à imposer à la Terre son mouvement orbital annuel.
S'agit-il d'un simple jeu de l'esprit ? N'a-t-on pas inutilement compliqué la situation en remplaçant le concept de force par celui de déformation de la géométrie de l'espace ? Ce qui compte, c'est l'efficacité de la théorie. Celle de newton ne peut pas expliquer le comportement de l'orbite de Mercure, celle d'Einstein le peut. Cette notion d'efficacité est fondamentale en science : on remplace une théorie par une autre si celle-ci rend compte de plus de phénomènes physiques que la première. A cette condition, on adopte un formalisme nouveau, même s'il est plus compliqué que le premier.
Retournons maintenant à la tour de Pise où Galilée observe le mouvement des boules métalliques de diverses masses qu'il a laissées tomber. En quoi la nouvelle conception d'Einstein explique-t-elle la simultanéité de leur arrivée au sol ? La réponse est simple : si le mouvement des corps n'est pas relié à leurs propriétés individuelles mais à la géométrie de l'espace, on peut comprendre que toutes les boules qui se meuvent dans cet espace se comportent de la même façon quelle que soit leur masse respective.
Cette théorie d'Einstein a connu un grand succès de popularité en 1919 , lors d'une éclipse du Soleil. Le mouvement de la lumière elle-même est soumis à la courbure de l'espace imposée par les corps massifs. A partir de cette idée, Einstein avait prévu qu'au moment où le Soleil allait disparaître derrière le disque de la Lune on pourrait, dans le ciel obscurci, voir des étoiles situées derrière le disque du Soleil. En effet, la lumière de ces étoiles allait être déviée par la masse du Soleil lors de son passage auprès de lui et ainsi être obligée de le contourner et à nous parvenir.
Les observations de l'éclipse par l'astronome anglais Eddington allaient confirmer cette prédiction. Ce succès, annoncé dans les journaux du globe, donna à Einstein une célébrité mondiale. On dit qu'en apprenant la bonne nouvelle de la confirmation de sa théorie il n'en fut nullement surpris.

On a ici un bel exemple du processus scientifique mis en oeuvre dans toute recherche.Une théorie nouvelle, ici la relativité générale, est confrontée à l'épreuve des faits.les prédictions de la théorie sont confirmées par l'observation.par la suite, elle a remporté bien d'autres succès qui l'ont crédibilisée aux yeux des scientifiques...

 

 

 

Lire la suite

26/06/2014

- 2 - le programme du trimestre

NOUVEAUTES  POUR  L'ANNEE  2014-2015    ( annoncées lors de la conférence du 12 Juin)

1.  organisation de soirée-spectacle au Quartz à Brest

choix des spectacles par l'UTL  dès parution du programme du Quartz en septembre

par groupes de 10 personnes  ( transport par co-voiturage ou bus selon nombre)

inscription comme pour sortie

2. mise en place d'un stage  mêlant  art, musique et littérature ( Kosmicki- Macaux)

thème retenu   :   l'Art Russe à l'épreuve de la révolution 1913-1939.

durée : 1 journée  - lieu  :  auberge de jeunesse de Morlaix - date : 18 mars 2015 - participation financière demandée

3.  l'activité sorties hivernales mensuelles est mise en veilleuse : une conférence mensuelle supplémentaire viendra compléter le programme

4.  L'UTL de Morlaix sera présente à Langolvas sur le Forum des Associations en septembre 2014

5. ouverture aux non-initiés de l'Atelier Breton

Programme avril, mai, juin 2014

- 03 avril à LANGOLVAS : Histoire des murs et les murs dans l'Histoire par Pierre Berlivet, ingénieur chimiste, enseignant er, président de l'UTL de Douarnenez

- 10 avril Sortie à Dinan : visite guidée de la ville de Dinan, de ses remparts, du château, de la tour de l'horloge de la basilique Saint Sauveur. Repas au port de Dinan,   Croisière commentée sur la Rance jusqu'à l'abbaye de Lehon. ( départs : Pouliet 7h20  Géant 7h30)

- 17 avril à Saint Augustin : la musique contemporaine, suite... par Guillaume Kosmicki, enseignant en musicologie

- 24 avril au Théatre : la mise en scène n°3 – rencontre avec la danse avec Martine Pisani, metteur en scène, ex-danseuse

inscriptions pour « A fer et à flots » du 22 Mai

du 1er au 12 mai : vacances de printemps

- 15 mai 2014 à Langolvas : Les hommes du CAC 40 par Hervé Hamon, écrivain , éditeur

inscriptions pour « A fer et à flots » du 22 Mai

- 22 mai sortie « A fer et à flots » en Baie de Morlaix : départ des écluses, découverte de la baie, visite GUIDEEde la ville de Roscoff – repas – retour à Morlaix par le train. Descente de la gare par le passage Amiral Guichen ( 1er étage du Viaduc) ; panorama de la ville.

- 28 Mai ( mercredi) à Saint Augustin, veille de l'Ascension : le Qatar par Daniel Créach, Enseignant, agrégé d'Histoire

- 05 juin à Saint Augustin : les « Malgré Nous »: la saga d'un peuple (1870-1956) par Andrée Porte, professeur d'espagnol er

inscriptions pour la sortie de fin d'année à Concarneau du 26 juin

-12 juin à Saint Augustin : les 150 ans du Viaduc de Morlaix par Marielle Proust, guide conférencière

inscriptions pour la sortie de fin d'année à Concarneau du 26 juin

- 19 juin de 09h30 à 12h00 : inscriptions pour l'année 2014-2015

- 19 juin à Saint Augustin : George Sand et Frédéric Chopin par Jacques Dreneau, Inspecteur d'Académie

A l'issue de la conférence, traditionnel pot de fin d'année pour tous les adhérents

- 26 juin : Sortie Concarneau : visite de la conserverie Courtin – dégustation . Visite GUIDEE de la ville close et de ses remparts, du bassin des chalutiers- repas- Près de l'Odet, à Gouesnac'h, visite du jardin du domaine de Boutiguéry.

 

Les ateliers

  • Musique (Annette Manant ) les lundis

  • Philo (Yves Marie Le Lay) les mardis 

  • Lecture ( Annette Manant)  les mardis 

  • Breton : le lundi à 17 h00

  • Science (André Rio) dates et sujets donnés lors des conférences les mercredi

  • Cinéma La Salamandre : sur présentation de la carte UTL, tarif réduit les lundis

2nde permanence pour les inscriptions 2014-2015 : le jeudi 18 septembre 2014 de 9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h00

Les inscriptions pour les sorties se font uniquement au local de l'UTL de 11H00 à 13h00

…............................................................................................................................................

 

 

ConfGérard 003b.jpgLes conférences ont lieu le jeudi après-midi , trois fois par mois à 13 h 40  dans un amphithéâtre indiqué au  programme trimestriel.

Elles sont animées par des conférenciers et des prestataires spécialistes  (carte d’adhérent obligatoire).

Responsable conférences :  Eliane Guivarch  assistée de Gérard Maillet, Ninon Le Fers, Louis Schumacher, Christine Hugo Cheminant, Jean Luc Kerdilès.

 Les thèmes  : Histoire, Sciences, Sciences Humaines, Arts, Géopolitique, Actualités..

Suivre les informations dans le blog: http://utlpaysdemorlaix.blogs.letelegramme.co :