25/07/2014

- 0 - l'UTL de Morlaix - présentation - Conseil d'Administration

 

Vous disposez de temps libre,
Vous souhaitez en profiter pour enrichir ou rafraîchir vos connaissances,

Rejoignez notre UTL ........

 

  • le 18 septembre  de 09h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h00  :                                                      2nde  journée d'inscriptions pour l'année 2014-2015 ,                                                                  rue Gal Le Flo - Morlaix.

 

logo jlb.JPGL’Université du Temps Libre du Pays de Morlaix

est une association régie par la loi du 1 juillet 1901.

 

Contact mail (courriel) : utlpaysdemorlaix@laposte.net
(TOUTES les inscriptions ( adhésion, sorties, voyages,...) sont prises uniquement au local, sis rue Gal Le Flô)

Lire la suite

- 1 - A LA RECHERCHE DE L'AUTEUR - jeu de l'été

 

 fragment 59

Jusqu'à la révolution, il y avait quatre diocèses en territoire bretonnant : ceux du Léon, de Tréguier, de Cornouaille et -en majeure partie- de Vannes.
Selon certains dénigreurs des langues régionales, les Bretons ne se comprenaient pas d'une région à l'autre. Il y avait effectivement des différences de vocabulaire et surtout de prononciation et d'accentuation. Mais elles n'empêchaient pas tout à fait un Léonard , un Trégorrois et un Cornouaillais de converser, surtout quand ils connaissaient les tendances de l'autre dialecte, comme le faisaient par exemple les marchands et autres itinérants. On s'habitue rapidement à certains changements de voyelle ou de consonne ( selaou, selou, silou, chelou, chilou = entendre), à la transformation de z en h et à des inversions de voyelles ( laez, leaz, lez, laeh, leah, liah = lait). La conversation est bien plus difficile avec les Vannetais : un dixième des mots usuels est sensiblement différent et, sous l'influence des voisins francophones, dans une région où l'immigration bretonne a été moins dense, l'ancienne accentuation sur la fin du mot s'est conservée, ce qui change complètement sa phonétique, jusqu'à réduire ou supprimer l'avant-dernière syllabe, celle-là même sur laquelle les autres mettent l'accent. Depuis un demi-siècle, on s'est appliqué à dépasser les différences, pour tendre vers un breton unifié par divers compromis. Ainsi , le z étant devenu le h en vannetais, les promoteurs de l'orthographe la plus répandue actuellement ont convenu de juxtaposer les deux lettres. D'où le Bzh de nos voitures.

Le léonais est plus complètement articulé ; les autres sont grands dévoreurs de syllabes. Il passe pour la forme la plus pure, la plus proche de l'ancien breton, mais c'est inexact ; c'était seulement le dialecte de la région la plus riche, et de celle où il y avait plus de prêtres, culturellement et linguistiquement influents : elle en fournissait au Trégor et à la Cornouaille, et depuis 1877, le catéchisme unique du diocèse finistérien était rédigé en ce dialecte.

 

Quelques particularités du breton

Tout ce qui est vieux passe pour sommaire dans notre modernité fière de ses prouesses. Ainsi, on croit généralement que les langues anciennes sont plus simples que celles d'aujourd'hui. Leur vocabulaire est en effet bien plus réduit – sauf pour quelques réalités importantes de leur environnement. Mais leur morphologie est souvent plus complexe : elles ont inventé de nombreuses formes qui seront simplifiées ou supprimées par la suite, comme les déclinaisons, présentes dans les anciennes langues celtiques et disparues de celle d'aujourd'hui, tout comme les langues issues du latin, qui les utilisait.

 

En breton, le pluriel se forme soit par une terminaison – qui peut être ou, iou, ien ou des autres plus rares -, soit par une modification vocalique à l'intérieur du mot. Comme en anglais (man/men) , mais de façon bien plus complexe : troad/ treid (pied) , askurn/eskern (os), louarn/lern (renard), korden/kerdign ( corde). Ou en core par les deux procédés à la fois : kaz / kicher ( chat) . Ou enfin par le recours à un autre mot : den / tud ( homme/gens) , ki/chas (chien), bioc'h /saout (vache)...................

fragment 58

Du plus loin qu'il se souvînt, l'angoisse était présente, changeante, protéiforme – parfois colombe apprivoisée qui se niche au creux de la poitrine et respire faiblement ; tantôt cafard qui ronge, lime ses pattes les unes contre les autres, écrivant une musique aux aigus métalliques ; souvent fleur vénéneuse éclose le soir et fanée qu matin ; toujours livre impénétrable dont les pages de papier bible s'envolent au moindre souffle et desquelles s'échappent, ainsi que des moucherons, des hiéroglyphes en grappes, angoisses illisibles.
Oui, du plus loin qu'il se souvînt, il avait craint que ses angoisses des matins et des soirs ne se réunissent un jour jusqu'à former une boule qui l'étoufferait.
Et dès que sa fille vint au monde, il craignit pour sa vie.
Il avait craint l'accident à la sortie de l'école, l'empoisonnement, la strangulation, la noyade et autres peurs somme toute normales et banales d'un père fou d'amour, mais jamais, il n'aurait imaginé, du fonds du puits de ses terreurs nocturnes,qu'Angeline eût pu disparaître sans laisser de traces.

La mort, en un sens , procure l'apaisement. Ses formalités – l'avis d'obsèques, la tombe, les tiroirs que l'on vide, les vêtements que l'on distribue, les photographies que l'on barre d'un trait noir – tempèrent le chagrin.
Au contraire, dans la tragédie d'une disparition, la diva qui chante la douleur est capable de tenir la note ad vitam aeternam. Et il ne sert à rien de se boucher les oreilles : l'épée chauffée à blanc transperce tout, même la raison.....

fragment 57

morlaixQuand il se réveillait dans les bois dans l'obscurité et le froid de la nuit il tendait la main pour toucher l'enfant qui dormait à son côté. Les nuits obscures au-delà de l'obscur et les jours chaque jour plus gris que celui d'avant. Comme l'assaut d'on ne sait quel glaucome froid assombrissant le monde sous sa taie. A chaque précieuse respiration sa main se soulevait et retombait doucement. Il repoussa la bâche en plastique et se souleva dans les vêtements et les couvertures empuantis et regarda vers l'est en quête d'une lumière mais il n'y an avait pas. Dans le rêve dont il venait de s'éveiller il errait dans une caverne où l'enfant le guidait par la main. La lueur de leur lanterne miroitait sur les parois de calcite mouillées. Ils étaient là tous deux pareils aux vagabonds de la fable, engloutis et perdus dans les entrailles d'une bête de granit. De profondes cannelures de pierre où l'eau tombait goutte à goutte chantait. Marquant dans le silence les minutes de la terre et ses heures et ses jours et les années sans s'interrompre jamais. Jusqu'à ce qu'ils arrivent dans une vaste salle de pierre où il y avait un lac noir et antique. Et sur la rive d'en face une créature qui levait sa gueule ruisselante au-dessus de la vasque de travertin et regardait fixement dans la lumière avec des yeux morts blancs et aveugles comme des oeufs d'araignée.Elle balançait la tête au ras de l'eau comme pour capter l'odeur de ce qu'elle ne pouvait pas voir. Accroupie là, pâle et nue et transparente, l'ombre de ses os d'albâtre projetée derrière elle sur les rochers. Ses intestins, son coeur battant. Le cerveau qui pulsait dans une cloche de verre mat. Elle secoua la tête de gauche à droite et de droite à gauche puis elle émit un gémissement sourd et se tourna et s'éloigna en titubant et partit à petits bonds silencieux dans l'obscurité.....

fragment 56

morlaixProfitant d'un moment où plus personne enfin ne faisait plus attention à elle, la belle jeune femme, faussant compagnie à ses parents et à leurs amis, quitta la salle de séjour. Elle traversa la véranda fermée par un fin grillage, passa sur la terrasse et, pieds nus, marcha doucement sur les aiguilles de pin devant la tentaculaire construction en rondins pour descendre ves les plaques rocheuses bien découpées qui bordaient le lac....

Après avoir coupé le moteur, le pilote se mit debout dans le cockpit , ôta complètement ses lunettes et promena son regard d'un bout à l'autre du lac devenu bleu ardoise, enregistrant rapidement, dans la quasi-pénombre, ses dimensions et la découpe du littoral. Il avait pensé arriver plus tôt mais avait commis l'erreur de passer à son atelier après son petit-déjeuner, et lorsqu'il avait de nouveau regardé sa montre il était presque quatre heures et demie. Alicia avait eu raison : c'était un jour férié, et il aurait dû s'autoriser à oublier la politique pour profiter de cette fête comme tout le monde en Amérique, descendre à la rivière avec elle et les garçons pour un pique-nique du 4 juillet et puis, au moment où ils auraient commencé la sieste, il aurait fait un saut jusqu'à la Réserve dans son avion,...Une crise cardiaque, je suppose. Mais quand ils sont arrivés à la maison, il avait déjà passé l'arme à gauche. La fille, la comtesse Machin Chouette, ils l'ont retrouvée juste après avoir transporté le vieux depuis sa campagne. Elle était en train de rentrer à pied depuis le club-house.....

  • Vanessa ! Dit sa mère. Qu'est-ce que tu fais ?

Vanessa passa un bas en nylon autour de la bouche de sa mère et le noua. « je t'avais dit « pas un mot » ! » Evelyn Cole secoua la tête de gauche à droite comme un cheval qui tente de recracher le mors......

Les nouveaux aviateurs américains volèrent en formation d'entraînement à Los Alcazares deux fois par jour pendant une semaine. Le reste du temps ils jouaient à lancer des pièces de monnaie avec leurs mécaniciens espagnols : ils jouaient avec des pièces de cinq pesetas, aussi grosses que des dollars en argent.

 

Lire la suite

26/06/2014

- 2 - le programme du trimestre

NOUVEAUTES  POUR  L'ANNEE  2014-2015    ( annoncées lors de la conférence du 12 Juin)

1.  organisation de soirée-spectacle au Quartz à Brest

choix des spectacles par l'UTL  dès parution du programme du Quartz en septembre

par groupes de 10 personnes  ( transport par co-voiturage ou bus selon nombre)

inscription comme pour sortie

2. mise en place d'un stage  mêlant  art, musique et littérature ( Kosmicki- Macaux)

thème retenu   :   l'Art Russe à l'épreuve de la révolution 1913-1939.

durée : 1 journée  - lieu  :  auberge de jeunesse de Morlaix - date : 18 mars 2015 - participation financière demandée

3.  l'activité sorties hivernales mensuelles est mise en veilleuse : une conférence mensuelle supplémentaire viendra compléter le programme

4.  L'UTL de Morlaix sera présente à Langolvas sur le Forum des Associations en septembre 2014

5. ouverture aux non-initiés de l'Atelier Breton

Programme avril, mai, juin 2014

- 03 avril à LANGOLVAS : Histoire des murs et les murs dans l'Histoire par Pierre Berlivet, ingénieur chimiste, enseignant er, président de l'UTL de Douarnenez

- 10 avril Sortie à Dinan : visite guidée de la ville de Dinan, de ses remparts, du château, de la tour de l'horloge de la basilique Saint Sauveur. Repas au port de Dinan,   Croisière commentée sur la Rance jusqu'à l'abbaye de Lehon. ( départs : Pouliet 7h20  Géant 7h30)

- 17 avril à Saint Augustin : la musique contemporaine, suite... par Guillaume Kosmicki, enseignant en musicologie

- 24 avril au Théatre : la mise en scène n°3 – rencontre avec la danse avec Martine Pisani, metteur en scène, ex-danseuse

inscriptions pour « A fer et à flots » du 22 Mai

du 1er au 12 mai : vacances de printemps

- 15 mai 2014 à Langolvas : Les hommes du CAC 40 par Hervé Hamon, écrivain , éditeur

inscriptions pour « A fer et à flots » du 22 Mai

- 22 mai sortie « A fer et à flots » en Baie de Morlaix : départ des écluses, découverte de la baie, visite GUIDEEde la ville de Roscoff – repas – retour à Morlaix par le train. Descente de la gare par le passage Amiral Guichen ( 1er étage du Viaduc) ; panorama de la ville.

- 28 Mai ( mercredi) à Saint Augustin, veille de l'Ascension : le Qatar par Daniel Créach, Enseignant, agrégé d'Histoire

- 05 juin à Saint Augustin : les « Malgré Nous »: la saga d'un peuple (1870-1956) par Andrée Porte, professeur d'espagnol er

inscriptions pour la sortie de fin d'année à Concarneau du 26 juin

-12 juin à Saint Augustin : les 150 ans du Viaduc de Morlaix par Marielle Proust, guide conférencière

inscriptions pour la sortie de fin d'année à Concarneau du 26 juin

- 19 juin de 09h30 à 12h00 : inscriptions pour l'année 2014-2015

- 19 juin à Saint Augustin : George Sand et Frédéric Chopin par Jacques Dreneau, Inspecteur d'Académie

A l'issue de la conférence, traditionnel pot de fin d'année pour tous les adhérents

- 26 juin : Sortie Concarneau : visite de la conserverie Courtin – dégustation . Visite GUIDEE de la ville close et de ses remparts, du bassin des chalutiers- repas- Près de l'Odet, à Gouesnac'h, visite du jardin du domaine de Boutiguéry.

 

Les ateliers

  • Musique (Annette Manant ) les lundis

  • Philo (Yves Marie Le Lay) les mardis 

  • Lecture ( Annette Manant)  les mardis 

  • Breton : le lundi à 17 h00

  • Science (André Rio) dates et sujets donnés lors des conférences les mercredi

  • Cinéma La Salamandre : sur présentation de la carte UTL, tarif réduit les lundis

2nde permanence pour les inscriptions 2014-2015 : le jeudi 18 septembre 2014 de 9h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h00

Les inscriptions pour les sorties se font uniquement au local de l'UTL de 11H00 à 13h00

…............................................................................................................................................

 

 

ConfGérard 003b.jpgLes conférences ont lieu le jeudi après-midi , trois fois par mois à 13 h 40  dans un amphithéâtre indiqué au  programme trimestriel.

Elles sont animées par des conférenciers et des prestataires spécialistes  (carte d’adhérent obligatoire).

Responsable conférences :  Eliane Guivarch  assistée de Gérard Maillet, Ninon Le Fers, Louis Schumacher, Christine Hugo Cheminant, Jean Luc Kerdilès.

 Les thèmes  : Histoire, Sciences, Sciences Humaines, Arts, Géopolitique, Actualités..

Suivre les informations dans le blog: http://utlpaysdemorlaix.blogs.letelegramme.co :